Santé mentale au travail et risques psychosociaux (RPS) : ce à quoi il faut absolument veiller en 2022.

Santé mentale au travail et RPS : ce à quoi il faut veiller en 2022.

En matière de prévention physique, nous disposons (même s’il y a toujours matière à innover) de nombreux équipements pour nos salariés, notamment dans le secteur de l'industrie, bien que ce ne soit pas toujours facile d’imposer le port des EPI. En revanche, la prévention psychologique et les RPS ne sont pas toujours pris au sérieux alors que c’est tout aussi important.

Safehear

Les phénomènes tels que le manque de concentration, la nervosité, la fatigue, … n’épargnent aucun secteur d’activité et impactent le fonctionnement de milliers d’entreprises. Maîtriser les RPS est un réel enjeu, difficile à appréhender, et qui comporte des risques : hausse de l'absentéisme, du turnover, mauvaise ambiance de travail etc. et donc des pertes économiques.

Ce que vous allez lire va vous paraître évident, et pourtant, c’est certainement la phrase la plus importante de cet article. Vous pouvez équiper vos salariés de tous les dispositifs possibles pour leur sécurité physique, si vous négligez leur santé mentale, tous vos efforts seront vains.

Il n’y a cependant pas de recette miracle. Mais, ne partez pas tout de suite, nous avons quand même des axes à vous proposer pour permettre de mettre des dispositifs efficaces en place.

  • Veillez à ce que les managers soient encourageants et à l’écoute. Par exemple, faites des enquêtes de satisfaction anonyme, afin de faire un audit pertinent et révélateur. Valorisez vos collaborateurs. On oublie qu’un “merci” suffit parfois.
  • Il y a des jours avec et des jours sans, soyez compréhensif, personne n’est au top de sa forme 7j/7. 27% des actifs français confient se sentir obligés de faire semblant d’être de bonne humeur (toujours, souvent) au travail. (Sources : INRS)
  • Ne sous-estimez pas les impacts des nuisances sonores au travail et dans les transports en commun, ce sont de réels risques psychosociaux.
  • Ne surchargez pas vos salariés de travail. Il n’a que deux bras, deux jambes et une tête. 45 % des actifs français déclarent devoir se dépêcher tout au long de leur journée de travail (toujours, souvent). (Sources : INRS) Comme pour vous, il n’y a que 24h dans une journée donc ne demandez pas l’impossible. Quelqu’un qui a toujours la sensation de ne pas atteindre ses objectifs (inatteignables) s’épuisera. Vous devez favoriser un équilibre travail-famille.
  • Organiser des formations, créer des moments de détente, des lieux conviviaux, contribuent à la santé mentale. Attention, mettre un toboggan et un baby-foot dans vos locaux ne suffira pas à assurer une bonne santé mentale. Et encouragez l'esprit d’équipe par l’intermédiaire de team building, séminaires etc. Soyez à l’écoute des envies des collaborateurs.
  • 30 % des actifs français signalent avoir subi au moins un comportement hostile dans le cadre de leur travail sur les 12 derniers mois. (Sources : INRS) Soyez vigilants. Le harcèlement, les méthodes d’intimidation et la persécution collective ne s’arrêtent pas quand on quitte la cour de récréation.
  • En cas de désaccord, car oui tout le monde ne s'entend pas avec tout le monde, mettez en place des pratiques de résolution de conflits.

Concrètement, ces éléments sont et resteront complémentaires, ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Soyez attentif, ou embauchez des personnes qui peuvent s'en occuper à plein temps si vous en avez les capacités. Les RPS sont souvent pris à la légère ou mal compris, alors que c’est une des clés majeures de succès. Assurer la pérennité de son entreprise passe avant par assurer la santé et la sécurité de vos salariés. Vous ne laisseriez pas vos employés travailler sans chaussures de sécurité, n’est-ce pas ? Alors, au même titre, ne les laissez pas se mettre en danger psychologiquement.

D'autres articles pourraient vous intéresser
    Safehear

    Entrée en incubation chez 1Kubator Lyon !

    Safehear

    Quelle sécurité pour les intérimaires du BTP ?

    Safehear

    L’industrie 4.0 : on en est où ?

Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. Vous pouvez cependant choisir de ne pas les utiliser en validant votre choix ci-dessous. Pour en savoir plus sur l'utilisation de cookies sur ce site, vous pouvez cliquer ici.